Posts Tagged: perception

Luc Deleu

Architecte et artiste belge, Luc Deleu élabore depuis la fin des années 70 des propositions plastiques, architecturales et urbanistiques qui traitent de l’espace et de sa perception et qui incitent le spectateur à réfléchir aux notions d’échelle et de perspective. Il réalise notamment une série d’interventions dans l’espace urbain, intitulées Echelles et Perspectives renversant des éléments d’infrastructures opposés à des éléments jumeaux debout, comme exemples d’un thème architectural. La dimension politique du geste de Deleu prend une importance fondamentale. Elle se situe dans une histoire de l’art et des pratiques de la ville, à l’image de celles élaborées et expérimentées par certains artistes tels que Robert Morris, Gordon Matta Clark ou encore les situationnistes [foot] Cf. Une autre ville pour une autre vie, Constant, Revue Internationale situationniste n°3, décembre 1959.[/foot].

En 1980, Deleu publie Le Manifeste orbaniste dans lequel il expose un concept d’urbanisme dont la ville est générée par ceux qui y vivent et en font l’expérience. Il pense des sociétés qui évoluent dans une sorte de chaos spatial, ce dernier devant être source de tolérance. La vision qu’il expose prend en compte une dimension mondiale et plaide pour des projets de grandes envergures garantissant ainsi une plus grande liberté à petite échelle.
Dans l’ouvrage d’Hans Theys intitulé La ville Inadaptée / Luc Deleu, il précise sa pensée : « Nous avons tout faux, dit-il. Notre urbanisme multiplie les réglementations pour les particuliers, réglant les moindres détails de leur habitation, mais par contre, il n’intervient pas pour réglementer les implantations des grandes sociétés ou pour promouvoir les espaces et infrastructures communs. »
Déjà dès ces années, Luc Deleu envisage une interaction de l’urbanisme à grande échelle qui semble nécessaire alors que la population mondiale représente 7 millions de personnes et 60% de la population devrait être urbaine d’ici 15 ans. Son projet va ainsi à l’encontre des théories contemporaines affirmant que « l’édification de (nouvelles) villes à grande échelle [foot] Top Office et Hans Theys, La ville inadaptée, in La ville inadaptée/Luc Deleu, Hans Theys, ed. écocart, Toulouse, 2001, p63. [/foot].» est impossible.

Après avoir pris ces distances avec le modernisme – qui a régit les modes de constructions et les politiques d’urbanismes de nos principales grandes villes et qui souhaitait démocratiser l’espace urbain en « offrant à tout un chacun un mode d’habitation rangé et ordonné au sein d’une structure (sociale) fondée exclusivement sur l’ordre » [foot] Top Office et Hans Theys, La ville inadaptée, in La ville inadaptée/Luc Deleu, Hans Theys, ed. écocart, Toulouse, 2001, p61[/foot] – Luc Deleu propose une réflexion sur un programme de vie innovateur dans lequel l’architecte et l’urbaniste garantissent la liberté d’habitation, à petite échelle, par la conception et la réalisation de grands équipements urbains (infrastructures, administrations, transports …), ces grands projets étant envisagés selon la notion de patrimoine.

Depuis 1995, Luc Deleu travaille, avec son bureau T.O.P. office (Turn On Planning), à La ville inadaptée, une étude urbanistique conceptuelle. Partant du constat qu’une ville est forcement inadaptée en raison de l’évolution des usages, et compte tenu de la démographie et des problèmes d’espaces qui se posent en matière d’urbanisme, Luc Deleu réfléchît à un espace urbain utilisé de façon plus polyvalente. La ville devient ainsi inadaptée par opposition à la ville fonctionnelle (qui semble plutôt inadaptable). Une ville ne doit pas être une cité idéale sortie du cerveau d’un urbaniste démiurge ; elle doit donc être réalisable dans son ensemble et inconcevable dans le détail. Deleu considère autrement le rôle politique des urbanistes qui doivent offrir des équipements publics confortables et non concevoir une politique de logement paternaliste à l’opposé des projets utopistes …
La conception de la Ville Inadaptée repose sur les éléments qui fondent la ville. Deleu replace ces éléments au centre du projet urbanistique : l’espace public (le forum) et les infrastructures. L’analyse est basée sur une étude mathématique des équipements en fonction du nombre d’habitants. Penser la ville en fonction d’un calcul mathématique permet ainsi de déterminer le nombre d’équipements en fonction du nombre d’habitants.
La répartition de ces équipements est établie d’une manière esthétique et mathématique et non fonctionnelle. Ces équipements sont pensés de manière générique afin de faciliter les changements d’usages. Comparant le rôle de l’urbaniste avec celui du compositeur, Il établit non pas des règles mais une partition, celle-ci étant plus souple et permettant les arrangements. Suite à cette étude et à la réalisation du projet DOS 95, un atlas d’étude sur les équipements urbains, Luc Deleu a cherché tout naturellement une traduction spatiale de ce projet. Après diverse propositions et maquettes il aboutit finalement à la proposition de cette ville qui s’articule notamment autour d’une colonne vertébrale, une infrastructure de transport publique : un métro aérien.
Il ne faut pas voir dans cette forme une finalité mais plutôt un moyen de vérifier des hypothèses « et de stimuler les investigations, y compris hors du champ du visible, sans omettre les ressources de l’imaginaire et du hasard [foot] Raymond Balau, A la recherche de la ville inadaptée, Réflexions liées à l’exposition organisé dans l’espace architecture de la Cambre. www.muhka.be[/foot]. »